Ce document présente les fiches de recensement de 176 hommes portant le patronyme Saby de 1859 à 1921 dans le département du Puy de Dôme. Présentation des états de service, faits d'arme, décoration etc....

http://www.calameo.com/books/0029602082f3cf4eef367


Ce document est aussi en version papier 166 pages format 210x297 via l'éditeur en ligne ci-dessous

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

http://www.fna12.org/spip.php?article1168FNA12


"Un café littéraire réussiPublié par Robert Moiroux le 21 janvier 2015 Le 19 janvier, un nouveau café littéraire s’est tenu à l’Espace Maurice Solignac de la Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises.

40 participants ont écouté Claudine Rascalou  présenter  le livre de Louis Mercadié « Marie Talabot » paru en 2007 et qui  raconte l’histoire de cette femme d’exception « dans le tourbillon du 19 ème siècle ».

L’auteur aurait également pu donner ce titre à son ouvrage « Le Fabuleux destin de Marie-Anne Saby ».

Marie-Anne Saby – ou Savy – est née en 1822 à St Geniez d’Olt où ses parents menaient une vie simple, pauvre mais heureuse.

Elle est malheureusement rapidement placée à l’orphelinat, travaille à la filature dès l’âge de 9 ans puis comme bonne à tout faire à partir de 13 ans.

A 15 ans elle est envoyée à Marseille dans une famille de 12 enfants pour s’occuper des 6 derniers et profite de l’enseignement qui leur est donné.

En 1838 elle entre au service de Paulin Talabot. Cet homme brillant, après Polytechnique et les Ponts, devient un ingénieur visionnaire, inventeur des chemins de fer.

Soutenu dans ses projets par Napoléon III, il réalise le PLM, où, le 1er, il met en place une sorte de caisse de retraite pour les employés.

Son adhésion à la doctrine du St Simonisme n’y est pas étrangère.Malgré une différence d’âge de 23 ans, un amour réciproque naît entre Marie et Paulin qui, attiré par sa beauté et son intelligence, développe son éducation, l’initie aux arts, à la littérature et aux langues

étrangères.

Dès 1848, elle est reçue en tant que Madame Talabot et le couple s’installe à Paris dans le quartier le plus luxueux de la capitale, près des Tuileries, en 1853.

Marie y devient l’ambassadrice de la mode, elle fréquente la cour de Napoléon III et les plus illustres personnages de Paris qu’elle reçoit ensuite lorsqu’elle crée son propre salon.

A 35 ans, elle épouse son compagnon alors âgé de 58 ans.

C’est à cette époque qu’il achète un rocher blanc au-dessus de Marseille, la bastide du Roucas blanc.

Les travaux pharaoniques qu’il y entreprend sont une folie à 6 millions de francs … où Marie y recrée l’ambiance de la Villa Médicis, pas moins !

En 1871, à 72 ans, Paulin perd la vue suite à un accident de chantier, il se tourne alors vers la religion, revend ses appartements de Paris pour y acheter un hôtel particulier.

Il décède en 1885 à 86 ans et Marie reçoit la pleine propriété d’une partie des biens de Paulin et le reste en usufruit, sans compter les actions qu’il détenait.

Elle se met alors à voyager puis reprend sa vie mondaine parisienne.

Elle y rencontre un beau capitaine, coureur et joueur, dont elle tombe amoureuse. Il joue, elle paie les dettes. Il a 46 ans et elle 64 …  Le 26 novembre 1889, à l’âge de 67 ans, elle décède des suites d’un fatal refroidissement.

Elle est inhumée à St Geniez selon ses dernières volontés où un énorme mausolée lui est ensuite construit sur les hauteurs de la ville.

Lors des rares visites qu’elle avait faites à ce bourg durant sa vie, elle n’y cache pas sa réussite, et sa générosité pour l’orphelinat, l’hospice où ses gestes de bienveillance n’ont pas suffi à ce que la population l’accueille avec sympathie puisqu’au contraire elle y est

insultée. Seuls les notables la reçoivent avec les honneurs dus … à sa richesse !

Dans son testament, elle n’oublie pas, malgré tout, ses origines et lègue beaucoup d’argent à l’orphelinat où elle a séjourné enfant ainsi qu’aux œuvres pour les enfants et les vieillards

Génération
Nombre théorique d'ascendants
Nés vers les années
1ere
1980
2 (père et mère)
1950
4 (grands-parents)
1920
8 (arrière-grands-parents)
1890
16 (trisaïeuls)
1860
32
1830
64
1800
128
1770
256
1740
10°
512
1710
11°
1 024
1680
12°
2 048
1650
13°
4 096
1620
14°
8 192
1590
15°
16 384
1560
16°
32 768
1530
17°
65 536
1500
18°
131 072
1470
19°
262 144
1440
20°
524 288
1410
21°
1 048 576
1380
22°
2 097 152
1350
23°
4 194 304
1320
24°

8 388 608

1290
25°
16 777 216
1260
26°
33 554 432
1230
27°
67 108 864
1200
28°
134 217 728
1170
29°
268 435 456
1140
30°
536 870 912
1110
31°
1 073 741 824
1080
32°
2 147 483 648
1050
33°
4 294 967 296
1020
34°
8 589 934 592
990
35°
17 179 869 184
960
36°
34 359 738 368
930
37°
68 719 476 736
900
38°
137 438 953 472
870
39°
274 877 906 944
840
40°
549 755 813 888
810


Extrait de http://a.gaudin.free.fr/Ascendants_th%E9oriques.htm

Envoi de documents

Si vous voulez que l'on vous envoie des documents par email gratuitement bien sûr merci de nous faire la liste des revues et documents souhaités. Via la messagerie du site :onglet Contact

Un patronyme est un bien collectif.

Celui-ci est d'origine auvergnate.

Les familles ont vécu sur les terres des peuples gaulois vellaves, arvernes, gabales. 

Cette recherche est un outil de rencontre unilatérale avec les gens du passé avec le bonheur de les faire revivre.


Nous recherchons, en vue d'illustrer nos recherches sur les porteurs du patronyme Saby, tous documents manuscrits ou non (photos, documents administratifs, actes, lettres de poilus, citations, récompenses,  mémento mortuaire, articles de journaux, profession, carnets, journal de voyage...). Merci d'envoyer par mail. La source des documents sera citée.

Mise à jour

29 Juin 2017

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

(onglet "version papier")

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

"Je ne peux saisir tout ce que je suis"

Augustin d'Hippone (Saint Augustin)

...Tout se passe comme si les hommes modernes avaient au fond d'eux-mêmes les souvenirs émotifs de leurs ancêtres lointains. Nos ancêtres sont encore derrière la porte, prêts à entrer sans frapper...

 

« Si nous voulons être conscient de notre existence au lieu de nous contenter de vivre au jour le jour, notre tâche la plus urgente et la plus difficile consiste à donner un sens à la vie. La maturité psychologique consiste à acquérir une compréhension solide de ce que peut être et de ce que doit être le sens de la vie. Et cela ne s'obtient qu'à la suite d'une longue évolution. : à tout âge, nous cherchons et nous devons être capable de trouver un minimum de signification en relation avec le niveau de développement de notre intelligence. » Bruno Bettelheim

 

Moteur de recherche :